Icône du site Richard Dern
Publié le
Publié dans Blog

Bonne année 2022 !

Sommaire

Attention, article très long !

Rétrospective de 2021

Autour du blog, Cyca et mon premier livre

J’ai créé ce blog le 1er janvier 2021. J’avais l’intention de me focaliser sur mon neuro-atypisme, mais j’ai finalement opté pour un autre “contenu éditorial”. J’ai publié Cyca, mon application “laboratoire”, et j’ai surtout publié mon premier livre le 29 janvier : L’humain, cette espèce primitive.

J’ai proposé certains de mes articles au Journal du Hacker, et certains de ces articles se sont même retrouvés dans la rubrique des “Liens intéressants”, un post qui récapitule les soumissions les plus populaires de la semaine. J’en fais peut-être grand cas, mais c’est un accomplissement pour moi ! Surtout qu’occasionnellement, j’ai pu échanger un peu avec la communauté - des échanges positifs pour une fois - et ça fait du bien.

À titre de curiosité (et historique), les quatre articles qui m’ont valus le plus de votes positifs sont les suivants :

J’ai essentiellement écrit des articles techniques, mais j’ai aussi écrit sur le Covid-19, et je m’essaye occasionnellement à l’art de l’aphorisme.

À peu près en même temps que le blog, je me suis mis au Fediverse, successivement avec Pleroma puis MissKey. Bien que certains profils soit réellement intéressants, plusieurs éléments m’ont confirmé ce que je savais déjà (que les réseaux sociaux ne m’intéressent pas du tout) :

  • si on y cherche de l’information, c’est redondant avec les flux RSS “directs” ou via les sites de veille
  • si on y cherche des gens avec qui parler, c’est mille fois plus agréable de le faire par mail, à l’écart du “bruit”
  • il y a eu la vague de migration depuis twitter vers Mastodon, qui a ramené beaucoup de gens inintéressants, causant beaucoup de bruit pour rien
  • les discussions tournent un peu en rond, et peu importe le sujet recherché initialement, on finit toujours par se faire noyer dans le bruit
  • le “bruit” que je mentionne ici est constitué de :
    • contenu à caractère sexuel
    • militantisme LGBTQ+
    • débats politiques stériles

Considérant que je croyais suivre des profils “techniques” en informatique et dans les sciences dures, c’est franchement gonflant d’avoir un fil public saturé de tous ces messages pour lesquels je n’ai aucun intérêt. C’est simplement dû au fonctionnement du réseau (je suis untel qui suis untel qui a un intérêt pour ces sujets), et c’est un fonctionnement que je n’apprécie pas, et qui me donne le sentiment d’être spamé à longueur de journée. J’appelle ça du bruit dans la mesure où ça ne m’intéresse pas et que ça occupait à peu près 95% du contenu qui m’était donné à voir.

Au final, j’ai opté pour une solution que je qualifierai d’intermédiaire, entre l’austérité du vénérable IRC et l’usine à gaz qu’est XMPP : Matrix. Je ne suis pas forcément fédéré, c’est du chat presque “à l’ancienne”, même si on peut faire du chat vocal et vidéo, c’est raisonnable en termes de consommation de ressources. Techniquement, ça me convient bien depuis quelques mois, même si pour le moment, je m’en sers surtout pour communiquer avec Olivier (dont je vous reparle plus bas).

En ce qui concerne le blog, Cyca et L’Humain, cette espèce primitive, je concluerai en disant qu’en dehors des quelques pics d’audience dûs à la publication de mes articles techniques sur le Journal du Hacker, je n’arrive toujours pas à décoller. Cyca n’intéresse personne, j’ai vendu quelques livres jusqu’en avril mais depuis plus rien.

J’explique la faible popularité du livre assez facilement. D’une part, le titre, volontairement provocateur, freine sans doute la plupart des gens. Ensuite, sa mise à disposition uniquement via Amazon, qui a justifié que je cherche une solution pour auto-héberger ma plateforme de vente sans toutefois trouver un compromis. Il y a aussi la faible popularité de ce genre d’essais, le fait que ce soit mon premier livre, que je ne sois pas issu d’un parcours académique, que je n’ai pas fait de campagne de promotion “professionnelle”, etc. J’ai bien conscience de tout ça, et c’est la raison pour laquelle je ne suis pas plus triste que ça.

Par contre, tout ce qui a été nécessaire pour publier ce livre m’a énormément appris pour le prochain. Du point de vue rédactionnel pour commencer : j’ai été très rapide, j’ai parlé d’énormément de choses, sans trop rentrer dans les détails. Il en a résulté un livre assez court (une grosse centaine de pages). Le prochain sera beaucoup, beaucoup plus long et détaillé. Ensuite, du point de vue de la publication : le prochain livre aura son ISBN, ce qui m’ouvrira certaines portes (en particulier, la publication via de “vraies” plateformes d’édition). Ces observations me motivent, justifient presque à elles seules l’écriture d’un second livre. Ça, et la quantité de choses que j’ai à dire de mon vivant…

En ce qui concerne Cyca, je suis un peu déçu de son manque de popularité. Je l’utilise au quotidien depuis des années, il m’est difficile de croire que ça ne concerne que moi. Mais au fond, c’est surtout mon projet “laboratoire”, celui grâce auquel j’expérimente des choses, je me tiens à jour pour mon métier de développeur, et qui m’est utile. Alors je continuerai de l’améliorer et de proposer de nouvelles fonctionnalités, au moins parce que moi je l’utilise et c’est tout ce qui compte. Si, un jour, des gens s’y intéressent, c’est du bonus.

Enfin, en ce qui concerne spécifiquement le blog, je ne relève aucune statistique. Principalement par éthique, et puis parce que ça ne change rien à mon envie (et besoin) d’écrire. Si, occasionnellement, quand je diffuse un article un peu plus loin que simplement sur mon blog, et que ça intéresse quelqu’un, tant mieux. Mais l’essentiel pour moi est de me faire plaisir. Et ce blog y contribue.

Dans ma vie personnelle

J’ai toujours été passionné par la paléontologie (certains diront que c’est un terme masturbatoire pour dire qu’on aime les dinosaures, je dirai que c’est bien la même chose quand on se dit “fan de sport” et qu’on regarde 22 gus courir après une baballe à la télé…). Du coup, c’est logique que la plupart de mes “critiques” de séries TV, films et jeux-vidéo concernent Jurassic Park et tout ce qui orbite autour. En particulier les dinosaures. Du coup, j’ai commencé (et déjà bien entamé) une collection de figurines Schleich.

Je me suis abonné à la collection Apprendre à philosopher. Chaque livre aborde un philosophe en particulier et nous détaille sa vie et son oeuvre en une centaine de pages. J’ai beaucoup aimé les premiers numéros parce que les philosophes concernés m’intéressent particulièrement. Mais cet intérêt a décru à cause de plusieurs facteurs :

  • le coût : une quarantaine d’euros toutes les six semaines, considérant que :
  • beaucoup de philosophes ne m’intéressent pas du tout
  • la qualité, globalement bonne mais occasionnellement assez faible (un des premiers livres semble avoir été écrit à la va-vite et sans relecture, avec des tournures de phrases assez peu convenables pour des livres traitant de philosophie, et bourré de fautes)

J’ai donc les douze premiers numéros, et j’achèterai probablement les numéros ultérieurs dédiés aux philosophes que je valorise réellement.

Il me semble important de préciser que l’abonnement à cette collection s’est fait bien après la publication de L’Humain, cette espèce primitive, et bien après mon souhait d’entrer en license de philosophie. “Malheureusement”, cette reprise des études ne s’est pas faite, principalement parce que j’ai repris une activité salariée.

Autre abonnement, dont je suis pleinement satisfait cette fois, au magazine La Recherche. Je reçois le mensuel, les numéros “doubles” et les trimestriels, en papier et numérique. J’apprécie fortement que les auteurs ne présument pas d’un niveau quelconque : ce n’est pas de la vulgarisation à proprement parler, et ils n’hésitent pas à employer le véritable vocabulaire des disciplines abordées. Si on veut en savoir plus, il faut aller chercher.

Mes lectures de l’année ont toutefois inclus quelques ouvrages de vulgarisation, mais que j’ai tout de même pris beaucoup de plaisir à lire (tous en anglais - je me la raconte si vous voulez, mais j’estime que les livres, comme les séries, films et jeux-vidéos ne méritent d’être lus qu’en version originale ; en plus de ça, c’est important pour moi de parvenir à le faire).

Côté jeux-vidéo, cette année j’ai joué à :

Comme déjà dit, l’essentiel de l’année a été phagocytée pour mon plus grand plaisir par tout ce qui est disponible concernant Jurassic Park. Je me refait l’intégrale une fois par mois, à peu près… Neuro-atypique, hein. Attendez quand l’été viendra et que je me referais LOST, vous allez en déguster de la critique 😇

J’ai aussi beaucoup écrit, et pas que ce que je mentionne dans cet article. Je tiens aussi un “journal intime”, écrit à la plume, que je dédie depuis décembre 2019 à mes prédictions relatives au Covid-19 ainsi que les observations ultérieures. Ce journal m’a toujours donné raison depuis la crise sanitaire et me conforte donc à continuer. Un jour, peut-être en sortie de crise, je le publierai…

Dans ma vie professionnelle

Au chômage jusqu’en avril, j’ai ensuite trouvé un emploi de développeur Laravel où je me suis lié d’amitié avec Olivier, neuro-atypique comme moi. Anecdotiquement, je savais dès les premières réunions d’équipes qu’on allait bien s’entendre, et l’avenir m’a donné raison ! De quoi donner du grain à moudre à tous ceux qui me disaient que l’espace professionnel était un terreau fertile pour les relations sociales, mais je maintiens que ce genre de rencontres, qu’elles aient lieu au travail ou ailleurs, reste rare.

Cette rencontre m’a d’ailleurs donné l’occasion de voir à quel point on peut me supporter (ou pas). Je m’amuse quelque peu de voir qu’une fois qu’on a passé un cap, on accepte plus facilement mon franc-parler, qu’il n’y a plus lieu de se formaliser. Non pas que mon opiniâtreté s’adoucisse avec le temps (au contraire) mais elle devient plus tolérable quand on comprend pourquoi elle existe. C’est moins marrant pour la personne en face, c’est certain… Mais c’est le prix à payer pour une amitié avec moi. La plupart refuse ce prix ; certains, dont Olivier, l’acceptent, et de là naît une amitié sincère, mutuelle et durable.

Mes attentes pour 2022

Mes résolutions

3440x1440.

Désolé, vieille blague de geek modernisée, je n’ai pas pu m’en empêcher. J’aurai pu dire “4K” ou toute autre variante, mais 3440x1440 présente l’avantage d’être ma vraie résolution 😁

Attentes personnelles

  • Garder mon blog un an de plus

C’était ma résolution au 1er janvier 2021 : je voulais garder mon blog en vie pendant au moins un an. On y est ! Il y a eu une pause due à mon retour à l’emploi depuis avril, mais mon blog est toujours là, et j’aimerais que ça soit toujours le cas en 2022, surtout que je viens tout juste d’inaugurer mon webring et une nouvelle page pour me contacter.

  • Publier une nouvelle version de Cyca

J’ai commencé à y travailler il y a un peu plus d’une semaine, et j’expérimente un certain nombre de “nouveaux” paradigmes. Étrangement, ces paradigmes ressemblent à s’y méprendre à ce qu’on je faisais déjà il y a quelques années, avant que ça tombe en désuétude et qu’on s’y remette en les enrobant de culture de startups…

Grosso modo, pour ceux que ça intéresse, je travaille avec le framework CSS Tailwind. Jusqu’à présent, je mettais mes classes en dur dans le HTML pour débugger, et une fois satisfait, je crée des classes CSS qui utilisent le mot-clé apply. Sauf qu’en progressant dans la documentation, je me rends compte que ce n’est pas du tout ce qui est préconisé par les devs. Il faudrait laisser toutes les classes du framework dans le code HTML et créer des composants. Un paradigme typique en Javascript, mais auquel je ne suis pas trop habitué avec Laravel.

J’ai un avis mitigé sur la question. On a toujours dit que les classes CSS dans le HTML c’est le mal, et qu’il fallait styler les balises HTML plutôt que créer des ids et des classes dans tous les sens, ce qui permet de garder à la fois un code HTML propre et un CSS maintenable.

Pour Tailwind, c’est tout le contraire. Il faut mettre les classes CSS “brutes” (celles fournies par Tailwind) dans le code HTML, et s’il y a répétition, il faut créer des composants. Du coup, on se retrouve assez rapidement avec des lignes HTML très longues et difficilement lisibles (en particuliers quand on utilise les modifiers de Tailwind). Franchement, je trouve que c’est pas propre. Il va falloir que je trouve un consensus.

Coté backend, je suis toujours enthousiasmé par les possibilités de Laravel qui évoluent constamment, et surtout, qui rendent simples les choses qui me semblaient auparavent compliquées. De quoi ajouter plein de nouvelles fonctionnalités à Cyca…

  • Travailler sur mon deuxième livre

J’ai l’intention d’écrire au moins deux autres livres après L’Humain, cette espèce primitive. La rédaction de chacun de ces livres prendra sûrement plus d’une année chacun, partant du principe que je ne fais pas ça à temps plein, que j’ai beaucoup d’autres occupations, et qu’il faut bien payer les factures. Néanmoins, j’espère avancer un peu sur le deuxième des trois livres, dont le titre - au moins provisoire - est Définition Universelle de l’Intelligence.

Je dispose “déjà” d’un “genre de structure” lisible ici, mais l’idée derrière ce nouveau livre est bien plus vaste, et devrait amener à l’écriture du troisième livre, La Théorie du Tout.

La Définition Universelle de l’Intelligence s’intéressera à l'Intelligence sous toutes ses formes et son lien avec la Vie, et comment pourrions-nous formuler une définition réellemment universelle, englobant toutes les formes d'Intelligences, passées, présentes et à venir, mais aussi celles qu’on ne connait pas encore. Une question difficile à laquelle nous n’avons pas encore de réponse, alors qu’il me semble essentiel de disposer d’une telle définition pour assurer l’avenir de notre espèce et de toutes les autres. Une DUI nous permettrait de préciser la place occupée par l’humain dans l’univers, d’une façon beaucoup plus détaillée et spécifique que je ne l’ai fait dans L’Humain, cette espèce primitive.

Le troisième livre, La Théorie du Tout, est plus difficile à présenter. J’y détaillerai ce qui, pour moi, relie tout, de l’infiniment grand à l’infiniment petit, du relatif et de l’absolu, des choses les plus lointaines aux plus proches, l’existence, le but de la Vie, etc. J’aurai pu, ironiquement, l’intituler “42”1, mais mon approche sera pragmatique, scientifique, et philosophique. Mais bien que cette théorie soit déjà parfaitement claire dans mon esprit, la mettre par écrit va constituer mon plus grand défi pour les années à venir, et la DUI en est un autre à relever en premier. Ainsi, si je sais que je ne la publierai pas en 2022, j’espère au moins avoir bien avancer cette année.

  • Pouvoir partir aux États-Unis

Un projet qui tient particulièrement à coeur à mon épouse, tant elle aime les États-Unis, leur histoire, leur peuple, certains de leurs dirigeants (et leur épouse, les Obama pour ne pas les nommer 😛). Et qui me tient aussi particulièrement à coeur pour au moins trois raisons :

  • voyager avec mon épouse, parce qu’on peut le faire parce que j’ai retrouvé une activité salariée
  • on y retourne une deuxième fois ; après la Californie en 2016 et un remariage à Vegas, on va visiter le Colorado, fief de la famille de mon autre ami, Christopher
  • on va sur les sites de fouilles paléontologiques, et je passerai un après-midi à apprendre des chercheurs eux-même, j’aurai mes outils de fouilles, et je pourrai éventuellement “déterrer un dinosaure” (que je devrais naturellement restituer au parc)

Il va sans dire que l’inquiétude persiste à la vue de la situation sanitaire, mais le voyage n’est prévu qu’en septembre. Il n’est pas déraisonnable de penser que ce voyage pourra se faire d’ici-là.

  • Continuer ma collection de dinosaures Schleich

Il me reste à ce jour à peu près un tiers des figurines à trouver, parmis les plus rares (en particulier le Mosasaurus et le Carnotaurus, respectivement les stars de Jurassic World et de Camp Cretaceous.

Ensuite, j’aimerai me mettre à leur créer des dioramas. Mais j’attends le printemps pour pouvoir ranger et nettoyer la cave et reconstituer mon atelier.

  • Divers

J’aimerais une saison 5 à Camp Cretaceous et Castelvania, une saison 3 à The Witcher, la mise à disposition de Who’s the boss? et Step by Step sur les plateformes de vidéos à la demande. Peut-être aussi de nouvelles saisons à Love Death + Robots et Black Mirror. Et plus d’épisodes à The Movies/Games/Toys that made us.

J’aimerais quelques addons pour Jurassic World: Evolution 2.

J’aimerais que Free se positionne sur la fibre optique dans mon village, si déjà on a l’infrastructure, parce qu’il est absolument hors de question que je passe chez Orange ou SFR.

J’ai envie d’assister à une conférence Apple avec Christopher et Olivier (par messagerie instantanée).

Et, évidemment, si je pouvais voir Jurassic World: Dominion dans une salle américaine, je serai comblé, mais je me contenterai de la mise à disposition rapide d’un blu-ray ou d’un coffret collector de ouf réunissant toute la saga.

Attentes pour le monde

  • Ne plus entendre les gens se plaindre du Covid-19 et de ses conséquences sociales

Pendant les fêtes, les gens sont déprimés en cette année 2021. Comme ils l’étaient en 2020, en 2019, en 2018, et chaque année avant cela. La déprime des fêtes de fin d’année n’a rien à voir avec le Covid, et j’aimerais bien que tout le monde en prenne conscience. Les fêtes de fin d’année ne prouvent qu’une chose : que la “magie de Noël”, c’était quand on était gosse et pour les films sentimentaux. C’est de la science fiction dans le monde des adultes. Ce qui se passe réellement est similaire à la découverte par un enfant que le Père Noël n’existe pas. La déprime des fêtes, c’est la découverte par les adultes que leur famille est trop dysfonctionnelle pour passer les réveillons ensemble. En outre, on persiste à fêter un non-évènement, religieux de surcroit, dans un pays qui se veut laïque ; c’est à n’y rien comprendre.

Du coup, j’aimerais bien (dans le sens : “ça me ferait plaisir”) que les gens ne dépriment pas pendant les “festivités” en décembre 2022. Tout simplement parce que ça voudrait dire qu’ils ont enfin compris que “le Père Noël n’existe” pas, mais aussi que le Covid n’y est pour rien.

Dans un tout autre registre (et je rappelle, à ce titre, que j’ai déjà écrit un article sur la question en avril) ça ne sert à rien de pester contre les prises de décision du gouvernement si, de son côté, le peuple fait de la merde. Si le peuple continue de se rassembler, d’ignorer les règles d’hygiène les plus élémentaires, sous des prétextes dangereusement fallacieux du genre “on me prive de mes libertés” ou “la vie c’est de la merde si on s’amuse pas”, il ne faut pas s’étonner que les mesures légales se renforcent (et surtout, que le virus continue de se répandre).

Internet nous offre des interactions sociales compatibles avec l’existence d’une menace virale globale, pourquoi ne s’en servir que pour communiquer notre haine des autres, surtout si on prétend être une espèce sociale et “intelligente” ?

Non, on ne reprendra pas “notre vie d’avant”. Il n’y a pas de “vie d’avant”, et la “vie d’avant” n’était pas franchement mieux. Mais il n’y aura pas de “vie d’après” non plus tant que les gens continueront d’être aussi égoïstes. On est censés être une espèce qui s’est adpatée à toutes les conditions de vie, nous avons survécu à d’autres pandémies (et à d’autres catastrophes), on a juste oublié le prix qui a été payé pour y parvenir.

Mes prédictions pour 2022

  • 😤 La pénurie de composants électroniques, associée aux taxes sur l’importation du matériel électronique depuis la Chine, va encore m’empêcher de mettre à jour mon PC de jeu
  • 😤 Le Covid-19 et ses variants vont toujours être là, mais de nouveaux médicaments vont permettre de s’affranchir des injections trimestrielles ; les gens vont rester sales et vont toujours vouloir se rassembler, par contre…
  • 🥲 James Webb va nous fournir les meilleures images de l’espace jamais vues jusque là
  • 🤔 Les téléphones pliables vont faire un flop à cause de la fragilité des écrans
  • 🥵 L’été 2022 va être très chaud, l’hiver très froid 🥶 - de nouveaux records de température vont être établis, et les phénomènes météorologiques vont s’intensifier
  • 🤔 Quelqu’un, peut-être Microsoft, va racheter la fondation Raspberry Pi
  • 😓 Encore des fuites de données massives de la part d’entreprises qu’on pense être à l’abri
  • 😻 L’arrivée d’un nouveau chaton dans la famille, et peut-être de nouvelles poulettes 🐓

Conclusion

Gardez le moral en 2022. Embrassez l’inéluctable. Protégez-vous et protégez les autres, et si vous êtes trop égoïstes pour ça, protégez au moins vos proches, ceux que vous aimez. Vous êtes tous des clusters potentiels, et si vous ne voulez pas que ça dégénère - plus que ce que vous pensez à l’heure actuelle - gardez ça à l’esprit. Allez sur la Wikipédia, regardez les articles concernant les anciennes pandémies ( Peste noire, Grippe espagnole, Grippe asiatique et Grippe de Hong Kong, et en particulier, intéressez-vous aux conditions de vie et aux mesures politiques). Ça devrait vous aider à relativer vos pertes de liberté, et remettre en perspective la gravité réelle du Covid avec ces autres pandémies.

Au-delà de ça, prenez les choses en main avec vos familles. Si elles sont réellement dysfonctionnelles, ce n’est pas un repas de famille à Noël qui va résoudre le problème. Soit vous acceptez que la famille n’est pas ce qu’il y de plus important, soit vous faites quelque chose pour y remédier. Personne ne le fera pour vous. Quand on a un problème, on le résoud.

Attendez-vous à plus de catastrophes naturelles. Plus de chaud, plus de froid, plus d’humidité, pour les plus chanceux. C’est pas faute d’avoir prévenu depuis longtemps, encore une fois. Et arrêtez de vous en plaindre, c’est de votre faute, vous qui utilisez une voiture pour faire 500 mètres, vous qui jetez vos masques dans la rue, vous qui ne recyclez pas, etc.

C’est déprimant ? La vie ne vaut d’être vécue que si c’est fun ? À vous de voir, votre vie est bien triste si vous n’êtes capables de rien faire sans risquer votre vie ou celles des autres. Tout ce qui se passe en ce moment peut être une opportunité, un foisonnement d’opportunités. Libre à vous de ne considérer tout cela que comme un accident de parcours, mais ça serait un beau gâchis.

Vous faites partie de l’espèce humaine. Pendant 45 000 ans, nous avons été l’espèce qui s’est le mieux adapté, qui a colonisé tous les environnements, qui a envoyé ses membres sur la lune, qui a acquis des connaissances qu’aucun autre animal ne pourra jamais posséder. Nous sommes aussi l’espèce responsable de la sixième grande extinction. Mais vous pourriez faire de l’Humain, en 2022, l’espèce qui a corrigé ses erreurs, qui a recitifé le tir, qui a évité le pire. 2022 peut vous fournir cette opportunité. C’est ça la bonne nouvelle, c’est le meilleur que je nous souhaite à tous pour cette nouvelle année. Même si ça aussi, c’est un non-évènement en soi…


  1. En référence au Guide du Voyageur Galactique ↩︎