Introduction

Publié dans : Blog

Nouvelle année, nouveau blog. Ce n’est pas mon premier, et je ne peux pas garantir que ce sera le dernier. Mais ma résolution pour 2021: le garder au moins un an…

Effectivement, au fil des ans, depuis 1998, j’enchaîne la publication de sites divers et variés, souvent des blogs, et puis, ne cherchant pas particulièrement à les faire connaitre, je les supprime au gré de mes humeurs. Sans sauvegarde. Je suis comme ça: quand quelque chose ne m’intéresse plus, je n’y consacre plus de temps. Je redémarre à zéro.

L’effet pervers de ce système est que du coup, vous trouverez assez peu de choses sur moi sur Internet, autres que ce qui est mis en lien en haut à droite de ce site, et ce d’autant que Richard Dern n’est que mon nom de plume.

Je me réjouis de commencer un nouveau site le jour même d’une nouvelle année. C’est probablement mon côté psycho-rigide, mais j’éprouve une certaine satisfaction à mettre en ligne quelque chose de nouveau au premier de l’an.

À propos de moi

Mon handicap

Tout d’abord, il me semble important de vous dire quelle est ma caractéristique principale, ce qui me définit, ce qui fait de moi ce que je suis. Vous verrez après en quoi c’est important, mais avant, sachez que je le considère comme un handicap, pas comme un don.

Je suis neuro-atypique, plus vulgairement (et faussement) appelé surdoué.

C’est cette caractéristique qui vous fera m’apprécier ou me détester, selon votre point de vue sur la question, parce qu’il est inévitable que vous en ayez un.

Cela a de multiples conséquences: j’ai un QI élevé (142), et un système de pensées en arborescence (là où les neuro-typiques ont une pensée linéaire), constamment actif, très rapide, rarement mis en défaut.

C’est un handicap en particulier sur le plan social. J’ai écris plusieurs fois à ce sujet (par exemple, sur reddit), mais la douance ne semble toujours pas être globalement acceptée, en tout cas pas en France. Les “surdoués” sont vus comme des personnes imbues d’elles-mêmes, se vantant de leur intelligence, et rabaissant les autres. Un ressenti particulièrement important (et injuste) compte tenu de mon inextinguible soif de connaissances, source de mon intérêt pour toute chose, cause du fait que j’ai un avis (souvent éclairé et toujours sourcé) sur de nombreux sujets. Je le ressent comme injuste (et comme un handicap), parce que, fondamentalement, si j’ai accès à ces connaissances, tout le monde aussi. Il ne tient qu’aux gens de s’instruire. Me détester pour ça est un choix profondément injuste.

La douance m’empêche de me faire comprendre clairement et succinctement. À cause de mon système de pensées en arborescence, dans le cadre d’une discussion simple, je passe mon temps à piocher des idées en relation avec cette conversation, plus ou moins éloignées de l’idée initiale mais toujours en rapport. Cela engendre un manque de comprehension chez l’autre, qui n’avance pas au même rythme que moi et se sent perdu. Ceci constitue l’autre raison pour laquelle je considère ma douance comme un handicap.

Je vais m’arrêter là pour l’instant en ce qui concerne ma douance, j’aurai le temps et l’occasion d’y revenir plus tard, au gré de mes articles sur ce nouveau site.

Mon parcours

Personnel

J’ai commencé l’informatique à l’âge de cinq ans sur un Amstrad CPC 464, où j’ai découvert la programmation en BASIC fin des années 1980. J’ai pu ensuite accéder aux PC, puis à Internet en 1998, d’abord en fréquentant les premiers cyber-cafés puis avec ma propre connection 512K par câble.

À cette époque, j’étais très actif sur MSN Chat et MSN Communities, ancêtres de WhatsApp et facebook (en schématisant). J’avais même reçu une certification de Microsoft pour la qualité de mes communautés d’aide en informatique.

Et puis j’ai commencé à développer en PHP. D’abord des modules pour le forum libre phpBB, puis mes propres applications. J’ai ensuite laissé tomber PHP quelques temps (entre la version 3 et la version 5) pour travailler sur le framework .Net de Microsoft, en particulier en C#, et c’est ainsi que, vers 2005, j’ai commencé à travailler sur Cyca en tant que “laboratoire de développement”.

J’ai fait plusieurs tentatives pour m’intégrer à diverses communautés sur Internet, incluant facebook, twitter, ActivityPub, mais aussi des sites comme LinuxFr.org. J’ai tenu plusieurs blogs successifs, traitant toujours d’informatique, mais aussi d’autres sujets qui me sont chers. J’ai réalisé quelques applications que j’ai voulu publié, mais je n’ai jamais eu le “succès” que j’attendais. J’ignore toujours si c’est parce que ce que je faisais n’intéressait personne, si c’est parce que je ne savais pas comment interagir avec les autres humains, ou si c’est parce que je ne savais pas comment gérer la haine de certains de mes détracteurs. Quoiqu’il en soit, tout ou presque est désormais perdu, oublié.

Ce qui me ramène à mon handicap. Malgré ma présence sur Internet depuis ses débuts en France (je me souviens qu’à cette époque, je notais dans un carnet toutes les adresses web que je voyais dans les journaux et magazines, en prévision de les consulter quand j’aurais Internet, mais j’ai vite lâché prise face à la quantité), je n’ai pas de réseau. Je ne connais personne, et personne ne me connait, contrairement à d’autres “vieux de la vieille”, dont certains sont apparus après moi sur Internet, mais qui sont toujours présents et populaires. Et cela a des conséquences aussi sur ma vie professionnelle.

Professionnel

Je n’ai pas très envie de m’étendre sur le sujet. Je n’ai connu que des déceptions professionnelles, parfois graves. La dernière en date, celle qui a causé mon chômage actuel, s’est terminée en burn-out. Ce chômage m’a permi de travailler sur Cyca, mais je n’ai pas eu le temps d’en faire un projet financièrement viable. Par manque de réseau, de compétences sociales, et peut être aussi parce que personne n’en a l’intérêt, finalement.

En bref, mon parcours professionnel est un désastre, mais je garde espoir de trouver un employeur qui saura utiliser mes compétences (et mon handicap) à bon escient.

Mise à jour du 28 août 2021

A priori, j’ai trouvé 😄

Ce que j’attends de ce site

J’ai beaucoup de choses à dire, sur beaucoup de sujets différents. J’ai besoin de les extérioriser. Mais jusqu’à présent, je n’avais peut-être pas la bonne approche.

Ce blog est sous-titré:

Opinions impopulaires d’un robot parmi les humains

J’essaye de convoyer plusieurs choses dans ce sous-titre, lisible sur toutes les pages du site:

  • Je m’exprime, en mon nom, sur mon site, mon propre point de vue, sur les sujets de mon choix. Cela fait beaucoup de possessifs, mais il me semble important de mettre en exergue que mes pensées m’appartiennent, et que je suis libre de les diffuser comme je l’entends, sans crainte de la censure
  • Ces idées sont impopulaires: mon point de vue est généralement différent des autres, sauf sur des sujets bien spécifiques où un élément extérieur vient corroborer une idée parfaitement inébranlable. De plus, elles concernent parfois des sujets disruptifs, clivants, quand je crois en l’inéluctable. Ma vision du monde est binaire (booléenne serait plus appropriée), en contradiction avec la vision populaire nuancée
  • Le terme “robot” fait référence à cette vision booléenne du monde, mais aussi à ma capacité à me focaliser sur un sujet précis sans en démordre. Mes sujets sont sourcés, vérifiables. Mais même quand, parfois, je m’aventure dans des domaines où les idées sont encore indécises, je maintiens mes positions. Ça ne veut pas dire que je suis fermé à toute discussion, mais cela signifie que si vous souhaitez me faire changer d’avis, il vous en coûtera (émotionnellement)
  • Enfin, “parmi les humains”, parce que je ne me sens pas à ma place dans la société humaine, capitaliste, et… sociale

J’ai bien conscience que présenté de cette façon, je n’incite pas le dialogue. Pourtant, les rares personnes qui ont des rapports sociaux avec moi ont l’air d’en être plutôt satisfaits. Je suis en couple depuis quinze ans 😊.

De toutes façons, le but de ce site, pour moi, est surtout de communiquer sur ce qui m’intéresse. Si cela provoque une discussion intéressante et constructive, c’est un gros bonus, évidemment. Mais je ne tolère plus les haters, en particulier sur un site que j’héberge moi-même.

Au-delà de ça, j’espère conserver ce site en ligne plus longtemps que les précédents. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi d’utiliser Hugo plutôt qu’un moteur de blog comme WordPress, dotClear (que je connais depuis longtemps) ou hébergé par un tiers. Hugo est moins facile à “casser” à cause d’un plugin, plus personnel. De plus, un site “statique” correspond à mes valeurs (peu ou pas du tout de javascript), et à l’usage d’un blog. Là encore, j’aurai l’occasion de revenir sur ce sujet.

Le mot de la fin, “Peinture fraîche”

Si vous avez tenu le coup jusqu’ici, merci ! Mais attendez-vous à des articles encore plus longs à l’avenir. Comme je l’ai dit, j’ai beaucoup de choses à dire, et je ne suis sûrement pas doué pour être concis.

Comme dit précédemment, j’utilise Hugo pour publier ce site. J’ai donc toute latitude pour en faire ce que je veux, mais pour l’instant, c’est encore un peu vide. Patience: il y a plein de choses que j’aimerais faire ici…