L'avenir du blog

  1. Les réseaux sociaux
  2. L'Intelligence Artificielle
  3. La monétisation

Le 1er janvier 2021, j'ai ouvert ce blog avec l'intention de "le garder au moins un an". En effet, présent sur Internet depuis 1998, j'ai ouvert une succession de blogs que je n'ai jamais su faire connaître, ou dont l'intérêt a baissé avec le temps, ou que j'ai fermé pour d'autres raisons extérieures (travail, manque de temps, etc.).

Mais celui-ci est ouvert et actif depuis un peu plus de trois ans maintenant. J'y publie ce qui me fait plaisir, sans prise de tête, et je commence à me former une petite communauté avec laquelle mes échanges se font désormais exclusivement par email. La qualité de ces échanges est sans commune mesure par rapport à toute autre forme de communication "traditionnelle" ; je me félicite d'avoir toujours refusé de mettre en place un système de commentaires intégré et de "forcer" l'usage des emails, ce qui me protège de deux nuisances particulièrement pénibles :

  • le SPAM
  • les haters

Par conséquent, les échanges avec mes lecteurs sont sains, positifs, constructifs, et il en même parfois ressorti des amitiés.

Je le fais régulièrement, mais permettez-moi de le refaire ici : je souhaite remercier mon lectorat pour son intérêt et sa bienveillance. C'est grâce à vous que ce blog reste ouvert après trois ans, sachant que j'ai rarement gardé un blog ouvert plus de quelques mois par le passé.

Après trois ans, je pense que je peux sereinement penser à l'avenir du blog à plus long terme que simplement d'une année à l'autre.

Les réseaux sociaux

J'ai toujours fui les réseaux sociaux comme la peste. En particulier à cause des haters, mais aussi par convictions personnelles. D'un autre côté, je me suis toujours plaint de mon isolement, de mon ostracisation.

Vous l'aurez constaté à la lecture de mes premiers articles de l'année 2024 : je suis dans un processus évolutif qui consiste à m'ouvrir un peu plus aux choses auxquelles j'étais auparavant hostile, et notamment les réseaux sociaux. D'autres changements sont à venir dont on discutera ensuite.

Ma présence sur instagram est, pour le moment, limitée à la qualité de spectateur, et contre toute attente, j'y trouve du contenu intéressant. J'ai pour objectif, à court ou moyen terme, d'y être plus actif. Je m'attends à des débuts timides, simplement intervenir dans les commentaires, mais en fin de compte, je souhaite y publier du contenu qui m'est propre. Par exemple, des photos de mes collectables, ou de mes derniers gadgets technologiques.

Dans un second temps (voire, en parallèle si cela m'est possible), je souhaiterai aussi commencer à avoir une présence sur YouTube.

Je sais, je sais. Comment, moi, ose-je mettre un doigt de pied dans l'écosystème Google ? Aurais-je vendu mon âme au diable ? Suis-je faible au point d'avoir succombé à ses sirènes ?

Le fait est que j'ai envie de sortir de la confidentialité. J'ai envie d'aller plus loin, de rencontrer plus de gens, y compris sur des plateformes que j'ai toujours haï, parce que je sais que, par la force des choses, il y a des gens biens qui y sont allés. En 2024, je fais un effort d'évolution personnelle : je cherche à aller vers les gens, quand, depuis 40 ans, je veux les éviter. Je dois sortir de ma zone de confort, pour lutter contre mes propres préjugés, être plus ouvert.

C'est finalement conforme à mon désir de connaissances, de savoirs. Je suis peut-être enfermé dans une bulle cognitive, peut-être que j'enferme mes lecteurs dans une bulle informationnelle, ou peut-être, de façon moins alambiquée, que je veux simplement étendre mon horizon.

Je vois mon expérience avec instagram comme la visite d'un nouveau pays : j'y suis allé, j'ai vu des trucs sympas, j'y retournerai de temps en temps, c'était positif. Alors pourquoi ne ferais-je pas la même chose avec d'autres "contrées", et notamment YouTube ?

En plus de ça, j'ai envie de diversifier le contenu que je vous propose. Pas seulement pour mon lectorat, mais pour moi aussi. Si j'espère améliorer mes compétences photographiques grâce à instagram, j'espère apprendre à faire des vidéos grâce à YouTube. Simplement parce que j'aime apprendre.

Si j'intéresse et rencontre de nouvelles personnes grâce à ça, grâce à des formats différents du blog, j'en tirerai une grande satisfaction. Mais dans tous les cas, je serai content d'avoir appris de nouvelles choses, d'avoir acquis de nouvelles compétences, et surtout, je ne serai pas du mauvais côté de la fracture numérique à venir.

Ce qui m'amène à un autre changement à venir dans la politique de gestion de mon blog.

L'Intelligence Artificielle

En l'état actuel des choses (sur les plans techniques, juridiques, éthiques, sociaux, etc.), je suis farouchement contre l'IA, jusqu'à la sémantique-même qui est utilisée dans le milieu et par les médias. Je ne vais pas développer ça ici, je l'ai déjà fait dans plusieurs billets antérieurs.

Néanmoins, en tant que geek, passionné de sciences et de nouvelles technologies, je ne peux pas admettre que dans vingt ans, je me retrouve du mauvais côté de la fracture numérique. Je ne serai pas de ceux qui regardent avec ignorance ce que font les jeunes.

Tout cela sans compter que c'est pratiquement un impératif pragmatique : l'IA va contribuer à la suppression de certains métiers1 2 3, et celui de développeur va en faire partie à plus ou moins long terme. J'en ai déjà parlé : nous sommes à une époque charnière, de transition, et il faut évoluer ou changer de voie (ou devenir des artisans du métier).

En outre, peut-être que je finirai par réaliser le rêve qui m'a conduit à choisir la voie du développement web : je suis développeur web parce que j'avais l'espoir de contribuer à rendre le web plus agréable à utiliser, plus accueillant, plus confortable, et moins hostile aux utilisateurs. J'ai réalisé ce rêve, à une échelle très réduite, certes, mais j'estime l'avoir fait.

Alors peut-être que je pourrai contribuer, d'une façon ou d'une autre, à une utilisation raisonnée et raisonnable de l'Intelligence Artificielle. J'ignore encore comment : peut-être qu'au début, ça sera aussi trivial que de générer des images pour mes articles. Mais mon objectif est clairement de comprendre comment ça fonctionne, savoir comment l'améliorer, pouvoir l'intégrer à mon quotidien pour améliorer ma vie et celle des autres.

Que j'y réussisse ou non, cela promet d'être intéressant. De même que pour instagram et peut-être YouTube, peut-être que je suis retenu en arrière par des a priori et des principes ou des angoisses qui n'ont plus lieu d'être. Peut-être que, là encore, je dois voir cela comme un territoire à explorer en sortant de ma zone de confort. Dans tous les cas, j'en tirerai un enrichissement culturel, la satisfaction de ne pas être laissé pour compte, et au pire, je retourne dans ma zone de confort (ma bulle cognitive).

La monétisation

Vous connaissez ce vieil adage qui dit que l'on doit pouvoir vivre de sa passion ? Ce n'est pas mon cas, et j'entends que ça le devienne. Ça fait 20 ans que j'essaye de le faire par les moyens traditionnels (la vie professionnelle), en espérant que la méritocratie va finir par se montrer sans que jamais cela arrive. J'ai fini par comprendre, tardivement à cause de ma candeur d'autiste, que la méritocratie ne fonctionne pas en entreprise.

Conjugué à ce qui s'apparente à une crise des salaires, à travers de laquelle je ne trouve que des offres d'emploi où le salaire proposé aux seniors est équivalent au salaire des juniors de l'an dernier, pour un métier qui va disparaître au profit de l'IA tôt ou tard, j'ai de sérieux doutes sur mon avenir professionnel en tant que développeur web backend.

Par conséquent, si je veux vivre de ma passion (de mes nombreuses passions, en fait), je dois me débrouiller tout seul. Et pour cela, je dois proposer du contenu rémunérateur.

La ligne éditoriale de mon blog ne changera pas : je continuerai d'y parler de ce qui m'intéresse et de râler sur ce que je déteste. Mais j'ai décidé d'ouvrir la porte au contenu sponsorisé.

Dans mon imaginaire idéaliste, c'est moi qui initie le partenariat en contactant une entreprise qui correspond à mes valeurs, et j'ai carte blanche pour la rédaction du contenu (qui sera immanquablement identifié comme contenu sponsorisé).

J'envisage aussi des choses plus classiques, moins rémunératrices mais peut-être plus intéressantes pour mes lecteurs : des réductions sur des abonnements ou des produits de geeks par exemple.

Il est possible également que je commence à utiliser des liens d'affiliation. Je vous propose déjà des liens (non-affiliés) vers certains produits chez Amazon, ou sur les pages de mes collectables ; à l'avenir, ces liens me permettraient de dégager un modeste revenu s'ils débouchent sur un achat, sans pour autant nuire à votre confidentialité : le site partenaire saura simplement que vous arrivez chez lui depuis mon site.

Je veux être clair et transparent avec vous : oui, j'ai l'intention de monétiser mon contenu à court terme, mais ça se fera dans le respect de mes valeurs, celles que je partage avec vous ici-même.

Non, mon site ne va pas devenir une fenêtre commerciale avec des bandeaux publicitaires partout. Il ne sera pas rempli de publications générées par IA. Il n'y aura pas de fenêtres intrusives ni quoi que ce soit qui va justifier l'emploi d'un bloqueur de pubs sur mon site. Si les partenaires que je sélectionne ne souhaitent pas respecter mes conditions, c'est qu'ils ne méritent pas que j'en fasse la promotion. C'est aussi simple que ça.

Enfin, j'ai l'intention de remettre mon livre en vente sur Amazon, et possiblement en achat direct ici-même par PayPal. J'en profiterai également pour ouvrir la possibilité de faire un don via cette même plateforme.

Plus d'informations