Galaxy Quest

Article coécrit avec ChatGPT4

  1. Introduction
  2. Personnages et acteurs
  3. Scénario
  4. Bande son et bruitages
  5. Conclusion

Introduction

Sorti en 1999 et réalisé par Dean Parisot, "Galaxy Quest" est une comédie de science-fiction qui rend hommage et parodie gentiment "Star Trek".

J'ai découvert ce film, comme souvent, un peu par hasard en ne sachant pas quoi regarder. Il s'est révélé une excellente surprise, quoique déroutante !

Galaxy Quest raconte l'histoire rocambolesque du casting d'une série TV sur le déclin, pastiche de Star Trek qui n'illusionne plus personne, et surtout pas ses propres acteurs…

Personnages et acteurs

Tim Allen incarne Jason Nesmith, le capitaine du vaisseau, arrogant mais charismatique. Pour rappel, il est la voix originale de Buzz Lightyear dans Toy Story.

Sigourney Weaver joue Gwen DeMarco, officier de communication. Quelle que soit l'actrice, le premier rôle féminin d'une parodie de Star Trek n'a pas du être facile. Et encore, on est en 1999 !

Jusque là connue pour ses rôles de femme forte dans la saga Alien, elle se prend à jouer l'icône sexy et positivement nunuche. Et elle s'en sort avec tous les honneurs ! Elle est drôle, attachante, à des années-lumière de ses rôles précédents, si j'ose dire.

Alan Rickman, après son illustre carrière théâtrale et avant son avènement dnas la saga Harry Potter, incarne Alexander Dane, un… acteur de théâtre sérieux, coincé dans le rôle d'un alien.

Notons aussi la présence d'autres acteurs célèbres comme Tony Shalhoub ou Sam Rockwell, entre autres.

Bref, un casting on ne peut plus intéressant !

Scénario

Le scénario de "Galaxy Quest" se distingue par sa créativité, son originalité, et sa capacité à jongler habilement entre hommage sincère et parodie cinglante des séries télévisées de science-fiction, en particulier "Star Trek". Ce qui démarre comme une comédie sur un groupe d'acteurs déchus, nostalgiques de leurs jours de gloire dans une série spatiale culte, se transforme rapidement en une aventure épique où la fiction devient réalité.

Le pitch est assez classique, en tout cas pour un film regardé en 2024 : des extraterrestres, les Thermiens, confondent les enregistrements de la série "Galaxy Quest" avec des documents historiques et recrutent les acteurs de la série pour les aider à vaincre un ennemi redoutable, pensant qu'ils sont de véritables héros spatiaux. Je trouve, malgré tout, qu'il n'a pas fallut bien longtemps au reste du casting pour être convaincu de devoir suivre leur prétendu commandant. Un peu plus d'insistance aurait renforcé l'immersion, mais serait peut-être devenu ennuyant.

Quoiqu'il en soit, le film navigue avec brio entre les moments de parodie, où il se moque des conventions et des clichés du genre (comme les rôles stéréotypés dans les séries - surtout à l'époque, les solutions technologiques improbables, les fans excessivement passionnés), et les moments d'hommage, où il montre un profond respect pour ces mêmes éléments. Cette dualité est le cœur du scénario, offrant à la fois des rires et des moments touchants.

J'ai apprécié le fait qu'on ne se sent pas insulté quand on est soi-même fan de quelque chose. Même s'il faut reconnaître que parfois, certains vont très loin… Mais ils ont aussi leur rôle à jouer !

Chaque personnage principal, de Jason Nesmith à Gwen DeMarco, en passant par Alexander Dane, a son propre arc narratif, qui se développe et se résout de manière satisfaisante au fil de l'histoire. Les acteurs, confrontés à des situations qui les dépassent, doivent apprendre à devenir les héros qu'ils ont seulement prétendu être à l'écran, et cette évolution personnelle propre à chaque personnage les rend tous touchants et appréciables, même ceux que l'on détestait initialement. C'est le genre d'écriture que l'on n'attend pas forcément d'un pastiche, et qui manque bien trop souvent aux oeuvres autrement plus ambitieuses.

En outre, et c'est peut-être le plus remarquable, presque tous les personnages vus à l'écran finissent par jouer un rôle majeur à la résolution du film.

Spoiler

Même celui qui est censé toujours se faire tuer...

Bande son et bruitages

La bande son, composée par David Newman, accompagne l'action et les moments émouvants du film. Les thèmes musicaux rappellent ceux des grandes sagas spatiales, enrichissant l'atmosphère sans jamais surjouer.

Quant aux bruitages, on reconnaîtra des sons emblématiques de la science-fiction mais aussi des créations originales, contribuant à l'immersion dans cet univers à la fois familier et nouveau.

Dans l'ensemble, rien ne m'a ni choqué ni enthousiasmé au niveau du son. Point de symphonie magistrale, mais point de fausse note non plus !

Conclusion

C'est une célébration de la culture geek, du rôle des héros fictifs dans nos vies, et du pouvoir de la fiction pour rassembler les fans.

Comme dit, j'ignorais l'existence de ce film jusqu'à ce que Netflix me le fasse découvrir. C'est important pour moi de compléter ma culture, notamment cinématographique, et le faire par sérendipité - un peu aidée par les algorithmes de Netflix - est assez grisant, surtout quand je tombe sur des perles comme Galaxy Quest.

Plus d'informations

Les informations complémentaires visibles ici proviennent de Wikidata. Malgré le soin apporté par la communauté Wikidata à la constitution de ces données et ma relecture pour leur intégration à mon article, des erreurs peuvent s'être glissées.