Mon nouveau clavier : le Nuphy Air75 v2

  1. Des problèmes de keycaps
  2. Le Nuphy Air75 v2
    1. Packaging
    2. Triple connexion
    3. Mécanique et plat !
    4. Switches
    5. Keycaps
    6. Autres points intéressants
    7. VIA
  3. Conclusion

J’ai deux super claviers. Un Akko MOD007 et un Feker IK75 Pro. Mais, ça ne suffit pas à me contenter.

Des problèmes de keycaps

S’il y a un truc que j’apprécie tout particulièrement, c’est de travailler dans l’obscurité. Par conséquent, le rétroéclairage sur les claviers était une de mes prérogatives. L’AKKO comme le Feker en sont équipés. Le problème vient des keycaps.

Alors qu’initialement, j’avais choisi des Tai Hao, spécifiquement parce qu’ils sont “compatibles” avec le rétroéclairage, j’ai fini par constater le fameux problème de la rangée 3 des profils Cherry : tous les keycaps de la rangée du “S” finissait, à un moment où à un autre, par se faire la malle. C’est la raison pour laquelle la question de l’orientation des switches est si importante.

J’ai résolu le problème en acquérant des keycaps AKKO : avec leur profil ASA, ils se tiennent tranquilles, même avec des switches disposés en north-facing (avec la LED en haut du switch). Malheureusement, ça voulait dire faire l’impasse sur le rétroéclairage, puisque les keycaps ne sont translucides.

Je note au passage que c’est ”sa mère difficile, la race de sa grand-mère” de trouver des keycaps translucides et esthétiques, et, qui ne coûte pas le prix du clavier…

Donc, j’ai résolu le problème en utilisant une lampe de bureau.

J’ai dépensé près de 600 euros pour deux claviers et une lampe, mis de côté ma prérogative sur le rétroéclairage, et la lumière me fatigue sérieusement les yeux. Donc, ça suffit comme ça, je change de stratégie.

Le Nuphy Air75 v2

Alors que j’ai découvert avec stupéfaction que les dernières versions du clavier made in Apple n’étaient pas rétroéclairées, j’ai dû chercher une autre solution. Assez vite, la marque Nuphy est arrivée dans mes résultats de recherche pour un bon clavier, compatible VIA (afin de m’assurer une compatibilité avec macOS et GNU-Linux), et si possible avec des affinités pour les produits Apple.

Ce Air75 v2 a attiré mon attention pour plusieurs raisons.

Packaging

Extérieur du packaging du clavier. On notera que les couleurs changent avec l'orientation pour un rendu réel beaucoup plus sobre et classieux

L’affinité pour les produits Apple se ressent dans tout ce que propose la marque.

Elle se lit notamment dans la communication de Nuphy sur ses pages produits : partout, il est fait mention que leurs claviers sont les compagnons idéaux des produits Apple. Cela se voit sur les keycaps, évidemment : Akko ne m’a jamais gratifié de touches spéciales dédiées aux appareils Apple, à mon grand regret.

Ici, je dispose bien d’une touche Opt et d’une touche Cmd. Je m’étais fait à leur absence, mais seulement à défaut de mieux. Là, je me sens à la maison.

En outre, la présence d’un bouton permettant de passer d’une configuration “mac” à une configuration “Windows” est aussi rassurante, bien que je doute en avoir besoin un jour.

Enfin, l’affinité avec Apple se ressent aussi au niveau du packaging. Quoique moins minimaliste, il met lui-aussi son produit en avant. J’apprécie notamment la présence de goodies dont je suis toujours friand, notamment des autocollants, même si le thème manga n’est pas trop ma tasse de thé.

Le livret guide avec quelques raccourcis utiles à garder sous le coude. J'apprécie notamment l'existence d'une touche dédiée aux captures d'écran, dont j'ai un usage constant

Une belle planche d'autocollants, pour qui est fan de manga !

Quelques switches supplémentaires offerts pour tester les différents touchers offerts par la gamme. Bien vu ! Le dongle sans-fil est à droite, encapuchonné, et peut se clipser à un câble pour ne pas le perdre

Nuphy offre aussi quelques keycaps additionnels, mais pas translucides

Le câble USB-C fourni est robuste et esthétique, mais moins que ceux qu'on peut se procurer ailleurs

Le keycap-puller, outil indispensable pour tripatouiller son clavier, est de bien meilleure qualité de ceux que j'ai pu avoir chez la concurrence

Triple connexion

Alors que le Akko MOD007 est 100% filaire, le Feker offre trois modes de connexion : filaire, Bluetooth et via un dongle. Je retrouve le même principe sur le Nuphy, avec une grande satisfaction.

Jongler avec le Akko entre mon Mac mini et mon PC de jeu est un peu pénible puisque je dois avoir recours à un switch USB qui me permet de basculer d’une machine à l’autre. Avec une triple connexion, je peux passer d’une machine à l’autre avec un petit interrupteur sur le côté du clavier (Feker le disposait sur le dessous et ça me faisait pester). Je note en tout cas la qualité supérieure de cet interrupteur, comparativement à celui du Feker.

Les interrupteurs pour sélectionner le système d'exploitation et le mode de connexion, situés à l'arrière du clavier

C’est d’autant plus pratique qu’il m’arrive parfois de vouloir utiliser le clavier sur la tablette. Je n’avais jamais testé avec le Feker parce que ça ne m’est pas venu à l’esprit, mais sur le Nuphy, je peux appuyer sur Fn+1-4 pour piloter quatre machines différentes (dont trois en Bluetooth). Diablement pratique !

Mécanique et plat !

C’est devenu une habitude en 2024 : je sors de ma zone de confort. J’ai toujours redouté que les claviers plats n’aient de mécanique que le nom, mais, force est de constater qu’il est absolument possible, en tout cas aujourd’hui, de concevoir des claviers vraiment plats, et vraiment mécaniques. Et, même : avec des switches remplaçables à chaud !

Certes, le Air75 est probablement encore un peu plus épais qu’un clavier externe Apple ou d’autre marque à touches ciseaux, mais, je suis impressionné par son épaisseur.

Le Air75 à gauche, le dernier Magic Trackpad d'Apple à droite

Il est si fin qu’un repose-poignets est optionnel ; c’est assez rare pour un clavier mécanique, il faut avouer… J’en ai pris un malgré tout, peut-être un peu par soucis d’esthétique, j’avoue…

Le repose-poignet est fourni avec des patins supplémentaires pour le surélever en cas de besoin

Simple mais élégant, je trouve que le repose-poignet se marie bien avec le tapis de bureau

Sa finesse impressionne, mais aussi son poids, absolument ridicule. Il est si léger qu’il est impossible d’extraire un keycap sans devoir le maintenir ! Les nomades apprécieront.

C’est d’autant plus impressionnant que, comme le Feker, il intègre une batterie pour fonctionner sans-fil. Mais, contrairement au Feker, la partie supérieure de la coque est en aluminium, tandis qu’une plaque en métal prend place à l’arrière. Malgré ces dispositions, le clavier reste significativement plus léger que le Feker. Presque trop léger.

Le dessous du clavier (translucide), avec ses béquilles et sa plaque en haut

Switches

Comme d’autres marques un peu haut-de-gamme, Nuphy permet de configurer son clavier avant de l’acheter, et de rajouter divers accessoires. En l’occurrence, je me suis fait plaisir sur les switches puisque, en plus de ceux fournis avec le clavier, j’en ai commandé un kit supplémentaire.

Si vous me connaissez, vous savez que j’ai un toucher très délicat (je parle de claviers, hein…) J’utilise des Akko CS Jelly White sur le clavier de la même marque, donnés pour 35gf. Je voulais donc des switches au moins équivalents, et, heureusement pour moi, Nuphy propose les Aloe à 37gf, mais avec une pré-course de 1.7mm (contre 1.9 pour les Akko).

Détail d'un switche montrant qu'ils sont fabriqués par Gateron. Au passage, je suis impressionné par certaines photos prises avec mon iPhone 15 Pro...

Je sens les 2gf de différence : le toucher est un peu plus énergique, mais les 0.2mm de pré-course se sentent aussi : il faut appuyer un tout petit peu plus fort, mais, un tout petit peu moins longtemps. Mais, la différence est si ténue qu’on s’y fait vite.

Ayant peur que ces Aloe ne me donnent pas satisfaction, j’ai opté pour des plus “classiques” Gateron Red Low-profile, mais, je ne sais pas si je vais m’en servir, puisque les Aloe me conviennent parfaitement. Ceci dit, je suis assez tenté d’en mettre quelques uns sur les touches un peu “sensibles”, telles que Del, Esc, et celles sur lesquelles j’ai le plus de chance d’appuyer par inadvertance. Au pire, ça me fait 100 switches supplémentaires pour faire un nouveau clavier 😁.

Je note d’ailleurs que je suis ultra-fan du conditionnement… Cette boîte est excellente.

Le conditionnement des switches supplémentaires

On notera par ailleurs que les Aloe sont aussi des Gateron. Techniquement, ce sont des Gateron® x NuPhy®…

On appréciera en outre que tous leurs switches sont pré-lubrifiés et la qualité des stabilisateurs : je ne ressens aucunement le besoin de les remplacer. Il faut dire qu’à cette altitude, même les touches longues dépourvues de stabilisateurs restent bien horizontales. Il y a évidemment un peu de mouvement, notamment sur la touche Caps, mais il est infime comparé à celui sur un clavier à switches mécaniques “classique”.

Keycaps

Conditionnement des keycaps

Par défaut, je ne pouvais pas configurer le clavier avec des keycaps translucides, mais, pour une vingtaine d’euros, j’ai pris un kit à part (à rajouter au moment de la configuration du clavier puisque ce kit ne semble pas/plus vendu séparément). De toute façon, j’aime avoir des options et du stock.

Pour ce prix, Nuphy ne se contente pas du minimum : toutes les touches auxquelles on est en droit de s’attendre sont là, et même quelques-unes en plus.

L'ensemble du kit de keycaps translucides au complet

À mon sens, les keycaps translucides se payent même le luxe d’être plus lisibles, peu importent les conditions de lumière. La fonte est arrondie (ce qui me convient bien sur le plan esthétique), plus grasse, et se différencie clairement en environnement lumineux. En environnement sombre, avec le rétroéclairage, la graisse de la fonte fait bien ressortir les caractères, même les plus fins. En somme, le clavier est confortable à utiliser en toutes circonstances. J’en viendrais presque à regretter l’absence d’un capteur de luminosité intégré, qui permettrait de faire varier la luminosité du rétroéclairage…

Autres points intéressants

Par rapport à mes autres claviers, le Nuphy se distingue par une barre Espace qui a bénéficié d’un traitement particulier. S’il est possible de rajouter à tout clavier une mousse spéciale à l’intérieur du keycap, Nuphy la propose par défaut. Il en résulte un son beaucoup plus agréable à l’oreille. Un appui sur la barre offre toujours un son caractéristique, dû à la longueur de la touche, mais, pour une fois, ce son est étouffé, et presque plus doux que celui des autres touches. Un excellent point.

Il offre des béquilles à l’arrière ajustables sur deux hauteurs, permettant d’obtenir une inclinaison plus confortable. Le système est déjà-vu, mais cela reste une option bienvenue. Je note toutefois que sur l’inclinaison la plus faible, sur mon tapis de bureau, les béquilles ont tendance à rester accrochées. C’est un détail, et ça ne va pas me ruiner la vie.

VIA

Bon, là, je suis un peu déçu. Pour faire court : VIA détecte le clavier quand ça lui prend, même après avoir installé le profil manuellement. J’ai d’ailleurs découvert avec effroi que l’application est développée avec Electron et embarque le navigateur Chrome. Pour moi, c’est suffisant pour dire que c’est de la merde (et une partie de mon lectorat qui s’envole 😅).

Une seule fois le clavier a bien été détecté, j’ai pu configurer le rétroéclairage, le seul truc important à mes yeux — littéralement. Pourtant, il était branché directement au Mac, avec le câble d’origine, et en mode filaire. Bref.

Conclusion

Je suis totalement conquis par ce clavier. Je le trouve beau, élégant mais sobre, confortable, pratique. Les switches sont parfaits, les keycaps aussi, je peux enfin disposer du rétroéclairage. Hormis l’accroche des béquilles, ce clavier est une réussite.

Pour disposer d’un clavier vraiment personnalisé, il faut commander depuis leur site, ce qui implique deux choses :

  • le paiement se fait en dollars
  • le clavier est expédié de Chine

J’ai payé environ 220 euros après conversion, frais de douane et de transport, pour le clavier, un kit de keycaps translucides, un kit de switches supplémentaires et un repose-poignet. Le clavier a mis neuf jours pour me parvenir, ce que je trouve tout à fait raisonnable.

L'emballage dans lequel le clavier m'a été livré. Souple, mais épais, moletonné, robuste, étanche.

Plus d'informations