Icône du site Richard Dern
Publié le
Publié dans Blog

À la recherche du clavier parfait - Étape 10

Personnalisation terminée

Sommaire

Esthétique

Paré des keycaps Akko Macaw en profil ASA, l' Akko MOD007 en sa variante Ocean Blue est magnifique. Évidemment, c’est très subjectif, mais il faut reconnaître que l’alchimie opère, jusque dans les détails, jusque dans le câble, lui aussi estampillé Akko Macaw. De mêmes couleurs que les keycaps, bleu marine sur sa section principale, jaune vif sur la seconde partie, les deux étant vissées entre elles. L’effet visuel est excellent, mais totalement inutile en pratique. En outre, point de tressage : la gaine est en plastique. Indéniablement de bonne qualité, cela reste néanmoins un câble à 30 euros, pas à 100+.

Le clavier repose sur un tapis de bureau de la même marque de dimensions généreuses : 90cm par 40cm et surtout, 5mm d’épaisseur là où la plupart des tapis de même dimensions et de qualité inférieure ne sont épais que de 2 à 4cm. Aux motifs “océaniques”, ce tapis se marie à la perfection avec le clavier, en plus d’être très confortable, et aux finitions irréprochables. Étonnant pour un tapis à moins de 30 euros ! Akko est définitivement un constructeur plein de surprises…

Loin de dénaturer l’ensemble, le repose-poignets en marbre est comme une généreuse écume, survolant la mer et reflétant la lumière de mille façons différentes. L’ensemble est poétique, reposant, un délice pour les yeux et pour les mains. Non, le marbre n’est pas froid, il est de la même température que mes poignets, en plus d’être délicat et soyeux. Il est vrai, en revanche, que le tapis de souris SteelSeries dénote, de même que la souris SteelSeries Rival 3 Wireless (que j’ai testé et adopté). Mais je ne suis pas prêt à abandonné les tapis rigides, pas plus que les patins en céramique (ni même la Rival, d’ailleurs).

/blog/2022/03/11/a-la-recherche-du-clavier-parfait-etape-10/images/DSC_0001.jpg

Mon clavier et ses accessoires

Technique

Je suis passé à un mélange de switches Kailh Box White et… Akko CS Rose Red. Les premiers sont clicky, les seconds linéaires. J’ai placé les Kailh sur les touches 1 à 0, les touches alpha et les caractères spéciaux (en gros, toutes les touches de couleur bleu marine et fonte cyan). Toutes les autres touches (de couleur cyan, jaunes et bleu foncé à fonte jaune) sont linéaires.

Je trouvais le son des linéaires plutôt désagréable à l’usage. Je les ai doté d' onion rings de 1.5mm et 40A (donc moyennement souples), et le résultat est tout simplement parfait. Les clicky sont satisfaisants (au sens littéral du terme), aussi bien en descente qu’en montée, et le son fourni par les keycaps est divin. L’ensemble du clavier est souple, presqu’aérien, tendre et fondant comme un caramel. À l’usage, que ce soit pour écrire du code ou du texte, en français ou en anglais, la frappe est parfaite, le son agréable du début à la fin de la journée. Sans oublier un toucher granuleux juste comme il faut, presque soyeux, proposé par les keycaps en PBT double-shot.

/blog/2022/03/11/a-la-recherche-du-clavier-parfait-etape-10/images/DSC_0002.jpg

Un onion-ring sur le keycap de la touche fléchée gauche

Je ne pouvais qu’espérer atteindre une telle perfection, mais Akko a tout compris au marché des claviers méca custom : en produisant de tout, la marque assure la cohésion de sa gamme, autant visuellement que qualitativement, et ce pour un prix tout à fait raisonnable. Si l’on fait exception des Kail Box White (dont je n’ai pas trouvé d’équivalent chez Akko), l’ensemble est parfaitement cohérent et largement à la hauteur de mes attentes.

Conclusion

Ainsi s’achève ma quête pour un clavier parfait, qui s’est étendue au-delà de la boîte métallique et des touches. Je ne regrette pas le moindre centime investi dans mon ensemble clavier + câble + repose-poignets + tapis de bureau. Mon plaisir est complet, mes sens flattés.